Une petit coup de « bars » ?

J’ai tendance à être une personne plutôt cartésienne. Je crois ce que je vois ou ce que je vis. Je fais partie de cette catégorie de gens qui sont sceptiques dès que l’on sort des sentiers battus.

La première fois que feu mon médecin traitant m’avait proposé une séance d’acupuncture, pour m’aider à gérer mon burn out, j’ai eu du mal à me laisser convaincre. Et pourtant, sauter le pas a été une très bonne chose.

Ma réaction a été encore plus « froide », quand une amie s’est mise à me parler des Access Bars. Cette forme de thérapie alternative basée sur les flux d’énergies corporelles. Trop « new age à mon goût.

Lors d’un séjour en Bretagne, elle m’en a parlé plus en détails. Expliquant tous les bénéfices que ses séances lui avaient procuré, elle était même venue à se former elle-même. Après 3 jours de plaidoirie intense, je me suis laissée convaincre. J’allais tester son « truc de hippie ». Sans grande conviction et persuadée qu’en dehors de dormir pendant une heure sur son canapé, il ne se passerait rien.

Une part de moi avait d’ailleurs très envie de lui faire constater que ce genre de thérapie ne pouvait fonctionner que sur des personnes ouvertes à ce type de « délire ». Autant vous dire que je n’ai pas été déçue du voyage…

Allongée confortablement sur son canapé, mon amie assise au niveau de ma tête, elle a entamé le rituel pour débloquer les énergies. Immédiatement, j’ai ressenti comme des picotements allant de mes pieds à mon crâne en mode va et vient. J’essayais, bien entendu, de mettre cela sur le compte de fausse sensation. Sur le fait, qu’une part de moi n’avait pas envie d’avoir payé cette séance pour piquer du nez… Sentant ma résistance, enfin le fait que ça turbinait sévère du côté de mon cerveau, elle m’a demandé de me laisser faire… Pas évident, surtout pour moi qui suis plutôt du genre « control freak ». Après une profonde inspiration, je me suis positionnée dans le même état d’esprit que pour une séance de méditation. Laissant le vide se faire dans mon esprit et devenant plus attentive aux réactions de mon corps. Ces dernières ont été (et sont toujours au fil des séances) hallucinantes… Même mon amie est impressionnée par la réactivité dont je fais preuve.

Si une caméra était présente pour capter ma séance, le spectateur pourrait croire :

  • Que je fais une crise de spasmophilie
  • Que je suis atteinte de la maladie de Parkinson
  • Que je subis un exorcisme

Je suis consciente de tout ce qu’il se passe, mais je suis dans un état tel que mon corps et mon cerveau ne sont plus réellement connectés. J’ai beau donner l’ordre à mon bras de se calmer, celui-ci continue à se secouer dans tous les sens. Suivant les zones qu’elle stimule du bout de ses doigts, mes réactions varient et sont toutes remplies d’une signification qui m’échappe (et ce n’est pas ce qui compte pour le coup) :

  • Le côté gauche de mon corps part dans tous les sens
  • Ma respiration s’emballe ou devient difficile
  • Fou rire ou larmes se manifestent spontanément et de manière incontrôlable
  • Mes articulations se disloquent pour se remettre ensuite en place

Parfois, des images ou des mots apparaissent dans mon esprit. Sensation de me vider, de me décharger d’une trop plein qui n’a plus sa place en moi, alors que la vie se poursuit autour de moi et que j’entends les passants dehors, les oiseaux chanter ou le vent dans les branches des arbres…

Pour la première fois, à la fin de ma 4ème séance, après avoir passé une heure en mode « parkinson », tout s’est arrêtée brusquement. J’ai ouvert la bouche pour expirer et j’ai eu la sensation qu’un poids énorme s’échappait avec mon souffle. Je ne sais pas de quoi il s’agissait, parce que des poids morts j’en trimbale un paquet depuis mon enfance…

Toute la beauté des Access Bars réside dans ce détail. Contrairement à une séance chez le psy, pas besoin de ressasser et revivre pendant des heures (voir des années) des moments douloureux de votre vie. Ici, nos valises prennent d’elles-mêmes la poudre d’escampette. Notre énergie se régénère. Sans douleur, sans parole, sans nous perturber. A l’image d’un disque dur que l’on reboote ou d’une corbeille trop pleine que l’on vide et dont on a oublié le contenu.

Je sais que cela peut paraître mystique. Très honnêtement, j’étais la première à le penser et sans l’avoir testé moi-même, c’est probablement ce que je concluerais en lisant les lignes qui précèdent.

Le meilleur moyen de comprendre, ce que j’essaye d’expliquer ici, c’est de l’expérimenter vous-même. De sceptique, je suis devenue une convertie.

En 4 séances, les changements sont percevables dans mon quotidien, dans des petits riens, dans ma manière de gérer les événements, d’aborder la vie… Je me sens plus sereine. J’ai encore pas mal de bagages qui m’encombrent, mais leur nombre à tout de même bien diminué et leur impact sur mon quotidien n’est plus le même. De négatif et immobilisant, j’arrive à présent à m’en servir comme une force, à les détourner pour tenter d’en faire des atouts, voir les mettre de côté.

Merci à Sylvie de m’accompagner dans ce long processus.

Si vous souhaitez tester et que vous habitez la banlieue parisienne ou Paris, je vous conseille de la contacter en cliquant ici.

Le seul risque que vous prenez est de vous ouvrir à quelque chose de nouveau.

Pour infos, compter entre 40 et 100€ pour une séance d’Access Bars de 45 minutes à 1h.

Récit d’un itinéraire rêvé

Patrick Sarrazin propose à travers son récit d’un itinéraire rêvé une expérience unique dans le domaine de la littérature.

Il nous invite à travers son œuvre au rêve et à la méditation.

35 minutes durant lesquelles, le lecteur, allongé sur son lit dans le calme avec une bougie allumée, se laisse porter par la voix de l’auteur dans ce voyage sensoriel.

Attention, il faut accepter de jouer le jeu et se laisser guider par la voix de l’auteur dans cet univers qu’il construit mot à mot mais qu’il nous laisse habiter (et habiller) suivant notre imagination.

Un véritable moment de bien-être et de cocooning qui invite au voyage et apaise. Idéal pochette2-300x272après une journée de boulot.

Je n’ai pas mis très longtemps à me mettre en condition pour participer à ce « voyage ». Je regrette seulement la voix de l’auteur, qui m’a quelque peu dérangé par moment.

Le fait de hacher les phrases donnent un côté saccadé au récit et gâche la fluidité de ce-dernier. De plus, son timbre de voix et son accent m’ont aussi quelque peu gêné pour réellement s’immerger dans cette « aventure ».

La voix est pourtant primordiale dans ce genre d’exercice. Pour le coup, je suis beaucoup plus touchée par l’une des voix féminines de l’application le Petit Bambou.

Si je me suis tout de même laisser « prendre au jeu », mon esprit a montré quelques réticences en se focalisant sur ces petits détails gênants.

Le concept demeure cependant intéressant et une très bonne initiative pour les personnes un peu réticente (ou ne sachant pas comment s’y prendre pour faire un pause dans leur quotidien) à la méditation.

Pause massage chez Beauté Minceur

 

Il y a un an et demi, j’ai offert pour les 29ans de ma meilleure amie un bon pour un massage… Bon entre temps, elle est tombée enceinte et du coup, cette pause détente entre filles à dû attendre.

Après plusieurs mois de patience et quelques soucis d’organisation à régler, nous voilà enfin passant la porte de l’institut Beauté Minceur de Belleville (Paris). J’avoue qu’au premier abord (je parle de la façade de l’institut), le tout fait un peu peur. On a plus la sensation d’avoir à faire un petit bouiboui qu’à un véritable institut. Une fois la première impression passé, on est accueilli par l’une des esthéticiennes qui nous fait monter à l’étage et nous propose un thé pour patienter. Si l’intention est agréable, le contenu de notre gobelet ressemble plus à du liquide pour faire un bain de bouche ultra sucré qu’à du thé.

Après 30 minutes d’attente (donc 30 minutes de retard), on nous propose de nous installer dans une salle. Deux tables de massage nous y attendent, la pièce est quelque peu exigu, mais il y fait chaud. On s’installe et là les deux masseuses commencent à nous badigeonner d’huile tout en nous demandant pourquoi on est là. Quand je prononce les mots massage relaxant et soin du dos, elles s’arrêtent immédiatement en précisant qu’on aurait dû les prévenir plus tôt car elle ne devait pas commencer par l’huile…

Apparemment, la jeune fille qui nous a accueilli et à récupérer nos bons n’a pas passé l’info correctement. Bon c’est pas très grave, on repart à zéro et après ces quelques couacs, le tout se déroule à merveille.

Le gommage du dos à la noix de coco ne tient pas sur moi à la surprise de la masseuse, mais pas grave. Ensuite, on a le droit à un mini hammam focalisé sur le dos et là ma masseuse est surprise de constater que je n’ai aucun point noir sur le dos (oui c’est la classe je trouve). Enfin, on a conclu avec un long massage aux huiles essentielles… Un régal. Toujours trop court à notre goût même si le tout a durée une bonne heure.

On était les dernières clientes de la journée et franchement les deux masseuses ont été au top et ne se sont pas précipitées dans les soins pour rattraper leur retard.

Un petit institut qui ne paye pas de mine et qui malgré quelques soucis d’organisation s’en tire très bien.

 

J’ai testé l’acupuncture

 

Depuis de nombreuses années, j’ai de gros soucis de sommeil.

Dès que je suis stressée, anxieuse ou la tête prise par de multiples réflexions, je ne parviens pas à dormir correctement. Entre cauchemars, sommeil extrêmement agité (on dirait qu’on a fait une méga fête dans mon lit), crampe au milieu de la nuit, réveil en sursaut, sensation d’être plus épuisée que la veille au réveil… Bref, de quoi rendre difficile la journée de travail à assurer.

Ces cycles étaient d’abord assez court et concentrés autour d’évènement comme le BAC, un départ à l’étranger ou avant de prendre une décision importante. Résultat après une semaine ou deux, les choses rentraient elles-mêmes dans l’ordre.

Malheureusement, mon dernier cycle dure depuis plus de 6 mois. Je ne rentrerai pas dans les détails des causes de mon état, mais au vu de l’importance que prend ce-dernier, j’avoue que j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes.

Il y a donc un peu moins de 5 mois, j’ai demandé conseil à mon médecin. Celui-ci m’a proposé d’avoir recours à la phytothérapie et à l’acupuncture.

J’avoue que j’avais toujours eu un a priori plutôt négatif quant à l’utilisation d’aiguille pour me détendre. Le concept était pour moi une contradiction. Comment se sentir détendu alors qu’on ressemble à un porc-épic ?

Une chose à savoir sur l’acupuncture, c’est qu’il faut être patient. Ne vous attendez pas à aller mieux au bout de deux séances, il faut au moins deux mois (sur la base de deux séances par semaine) pour commencer à en ressentir les effets.

J’ai décidé de me lancer car ma soeur et mon père l’ont testé avant moi. La première pour des problèmes de spasmophilie, le second pour ses migraines, et au final les deux en sont satisfaits.

La séance se déroule assez simplement. Dans une salle, mon médecin vient me poser mes aiguilles (au total 16) dans un ordre précis, le tout correspondants à des points précis de mon corps. Ensuite, je m’allonge et durant les 20 minutes qui suivent le but est de fermer les yeux et ne penser à rien.

Cette-dernière partie a été la plus dure pour moi. Au début, je ne pouvais m’empêcher de guetter le moindre effet que pouvait provoquer ses aiguilles plantées en moi. Ensuite, le calme de la pièce me poussait à cogiter et à ruminer les problèmes de la journée écoulée. Et enfin, après plus de deux mois de traitement, je passe ces 20 minutes, l’esprit vide, à m’endormir tout doucement… Une petite sieste bien agréable !

Aujourd’hui (soit après 5 mois de traitement), mon sommeil est un peu plus paisible (enfin quand je n’ai pas de nouvelles causes de stress) et je me sens plus détendu au quotidien. Mon moniteur d’auto-école a été le premier à en voir les effets, de la fille qui avait ses mains crispées sur le volant durant toute la leçon, je suis passée à la fille plus cool qui accepte de lâcher le volant aux feux rouge…

Donc si vous êtes patients et que vous préférez éviter tout ce qui est somnifère ou traitement médicamenteux à outrance, je vous conseille de tenter l’expérience. Sachez tout de même que l’Acupuncture n’est pas toujours remboursée par la sécurité sociale. Renseignez-vous auprès de votre médecin avant.