Mes petits bonheurs #1 : Premier amour

J’ai eu envie de partager ces petits bonheurs qui me font sourire avec vous.

En rentrant chez moi, dans le métro, il y avait ce groupe d’enfants.

Entre ceux sagement assis et les petits trublions se chamaillant pour avoir une place assise, il y a ce petit couple qui a attiré mon regard.

Ils ne devaient pas avoir plus de 8ans.

Tous les deux bruns. Elle avec un sourire charmeur agrémenté par les dents du bonheur, lui un regard plein de tendresse et déjà un sacré potentiel de séducteur.

Assis côte à côte, elle regardait par la vitre tout en lui parlant, tandis que lui essayait de l’écouter malgré son copain juste à côté essayant d’attirer son attention.

Et puis, en les observant une chose m’a soudainement sauté aux yeux.

Si l’une de leurs mains était visible, l’autre était dissimulée sous le blouson de la demoiselle. Tendrement enlacé loin du regard des autres, ils formaient un petit couple.

Le premier amour, le plus pure, celui pour lequel on n’attend rien.

Je me suis faite plus discrète dans mon observation.

Il essayait de se débarrasser de son copain un peu trop encombrant sans lâcher la main de sa belle.

C’est elle qui prit l’initiative de récupérer temporairement sa liberté pour l’entraîner dans un jeu où leurs mains passaient du plastique au tissu des sièges du métro.

Puis, il a remis sa main sous le blouson et a attendu celle de la petite fille qui fière d’avoir retrouvé sa liberté, c’est fait un peu désirer.

Il a alors attiré son attention et lui a indiqué sa main vide en baissant les yeux.

Elle lui a sourit et tout en observant les alentours a glissé sa main sous sa veste pour retrouver la chaleur de celle de son amoureux.

A ce moment, nos regards se sont croisés. Gênée, elle m’a offert un sourire plein de douceur et de timidité.

Je lui ai répondu avec un sourire tout en détournant mon regard pour lui montrer que je partageais son désir d’intimité.

Un petit échange complice qui m’a rempli le coeur de joie.

Je les ai laissé à l’arrêt suivant pour rejoindre mon RER.

Je ne peux pas m’empêcher de penser à eux en souriant.

En imaginant, qu’elle a tout d’une briseuse de coeur, qu’il a tout du garçon au coeur tendre et que tous les deux formaient le couple le plus mignon qu’il m’ait été donné de rencontrer.

Et puis, j’ai repensé à mon premier amour.
Joachim, métisse, brun, gentil et intelligent pour un garçon de 6 ans.
Ce même garçon qui m’a fait complètement chavirer le jour où après lui avoir offert un bonbon avait fait la promesse de m’épouser…

Tout semble plus simple quand on a pas encore 10 ans…