Psycho Investigateur – L’héritage de l’homme-siècle

Voici un album qui nous en met plein la vue.

Décidément les éditions Petit à Petit n’ont pas peur de faire dans l’originalité que ce soit au niveau du récit ou de l’objet même que le lecteur prend en mains.

Si lors de la première lecture on se focalise sur le récit, on passe un certain temps à en décortiquer les moindres cases pour y découvrir des énigmes visuelles distillées au fil des pages.

Le tout rend cette BD unique et en fait un bel objet à ajouter dans sa collection.

Côté récit, on est rapidement emporté par ce héros hors norme. Simon Radius à la capacité de voyager dans nos souvenirs et notre inconscient et d’agir sur eux. Alors quand il a l’occasion de s’immerger dans celui d’un centenaire devenu amnésique, il n’hésite pas très longtemps.

De multiples mystères se dévoilent, surtout au vu de la vie riche en voyage qu’à vécu ce vieil homme.

Ce livre m’a bluffé sur le travail effectué du côté des dessins. Couverture à trous, formes des cases, planches faisant écho aux lieux de l’action, page à plier ou à lire en transparence ou à l’envers… Bref, le duo à la tête de ce second tome se sont clairement éclatés au niveau de l’inventivité.

Un bonheur pour les bd-addicts !

Psycho Investigateur – L’héritage de l’homme-siècle 
Scénariste : Erwan Courbier / Dessinateur : Benoit Dahan
Editions Petit à Petit
Déjà disponible en librairies
80 pages / 15.9€

Publicités

Les primates de Park Avenue

L’anthropologue américaine Wednesday Martin a décidé de se servir de son expérience dans la jungle de Manhattan pour en faire une étude sociologique et dévoiler les coulisses d’un quartier qui a ses propres codes.

Elle s’inspire ouvertement de Jane Goodall qui a passé une partie de sa vie à observer les primates. Ici, on est loin de nos cousins à poils vu que l’on nous propose d’observer de près les mères de l’Upper East Side, l’un des quartiers les plus chics de Manhattan.

En s’y installant, elle avait conscience de mettre les pieds dans un univers à part. Mais la réalité est allée bien au-delà de tout ce qu’elle pouvait imaginer. Cette jeune mère de deux enfants met ainsi les pieds dans une véritable communauté répondant à des codes strictes.

Pour être passé dans ce quartier lors de mon séjour à New-York, on se doute bien qu’on ne joue pas dans la même cour et pourtant rien ne laisse imaginer de telles règles à suivre ou de telles conditions à remplir pour être tolérée ou acceptée par les habitants.

Cette étude est un ouvrage atypique dans lequel le ton décapant et plein d’humour de l’auteur nous donne envie de dévorer chaque page et d’en apprendre toujours plus sur ce groupe de maman pas comme les autres. Soyons honnêtes, on espère aussi ne jamais les croiser. Si certains aspects ne m’ont pas étonnés, j’ai tout de même été fortement interpellé par les coulisses de cette micro société où l’argent coule à flot, où l’on se bat pour dégoter un sac à main de grande marque, où l’inscription scolaire ressemble à une épreuve de survie de Koh-Lanta…

Mais on y voit aussi le côté beaucoup moins glamour avec la détresse de ces femmes qui pour dissimuler leur mal-être et leur quête désespérée de perfection se réfugie dans l’alcool et les médicaments.

Au final, on relativise et on se dit que dans notre routine moins luxueuse on n’est pas si mal…

Les primates de Park Avenue de Wednesday Martin
Editions Globe
Déjà en librairie
320 pages / 22€

Ports-aux-vents d’Hortense Dufour

Ports-Aux-Vents est plus qu’un lieu où prend place l’action du nouveau roman d’Hortense Dufour. C’est le personnage principal de ce récit autour duquel gravite une famille très féminine.

Ce petit village est le fief de ces femmes qui se sert les coudes face aux diverses épreuves que la vie sème sur leur chemin. C’est un bel exemple de solidarité et de communauté qui prend vie au fil des mots d’Hortense Dufour. On est bercé au rythme de leurs (més)aventures comme le vent de l’Atlantique vient rythmer le quotidien de ces personnages aux multiples facettes.

Ici, l’auteur se focalise sur une famille qui au fil des années a connu la disparition de ses membres de la gente masculine. Il ne reste plus que les femmes pour la faire tenir debout. Un petit côté féministe ? Pas vraiment. Plutôt un bel hommage à la force des femmes.

Elles font un peu écho à ses femmes qui durant la Seconde Guerre Mondiale ont du s’imposer face à l’absence de leurs hommes partis au Front. A Ports-Aux-Vents, elles se retrouvent dans une maison de pêcheurs, seules, sans leurs hommes. Elles auraient pu baisser les bras et fuir. A la place, elles font face et restent. Elles ont appris à tout faire par elle-même, sans se reposer sur un homme. La romancière nous offre donc des portraits de femmes fortes et indépendantes dans un milieu rurale et parfois (voir souvent) hostile.

Un beau récit et une belle leçon de vie qui nous transporte dans ce petit village coupé du reste du monde quand la nature le décide.

 

 

Ports-Aux-Vents d’Hortense Dufour
Ed. Les Presses de la Cité
Déjà en librairie

Dormir… tout un poème…

Le fait de dormir n’a jamais été quelque chose d’évident pour moi.

En dehors, des soirs où je suis vraiment KO de ma journée, j’ai toujours eu la sensation de perdre mon temps à dormir.

Résultat, j’ai cumulé les insomnies, les problèmes d’endormissements, les nuits agitées…

La lecture de l’ouvrage du Dr Patrick Lemoine m’a permis de mieux comprendre pourquoi je pouvais avoir des soucis avec mon sommeil.

Dormir sans médicaments… ou presque est un ouvrage clef sur le sujet.

J’ai pu comprendre que j’étais une personne du soir qui a du devenir, par la force des choses, une personne du matin, donc pas étonnant que mon corps et mon esprit se rebellent par moment.

J’ai aussi appris que je « souffrais » de catathrénie. Derrière ce mot un peu barbare se dissimule le fait de gémir dans son sommeil (et non, cela n’est pas forcément dû à des rêves à tendance érotique). Un mal pas très inquiétant qui disparaît tout seul et n’est pas la pire de tous au contraire. Mes partenaires de chambré ont pu sans plaindre ou s’en amuser avec le temps, mais cela n’a jamais créé de crise.

Mais ce qui m’a surtout intéressée, c’est d’enfin comprendre un phénomène qui m’a créé pas mal d’inquiétude. Vous vous êtes déjà réveillé avec la sensation d’être paralysé ? D’être consciente mais de ne pas avoir le contrôle de votre corps ? Pour une « control freak » dans mon genre, c’est un cauchemar éveillé. Et bien, grâce au Dr Lemoine, je sais à présent que je souffre de « Paralysie du sommeil isolée ». En réalité, il s’avère que je suis encore à moitié coincé dans un sommeil paradoxal. Mon esprit à repris du service, mais pas mon corps. On peut même dans ces moments là avoir la sensation d’une présence étrangère à nos côtés. Et bien merci docteur. La dernière fois que j’avais mentionné ce fait à mon ancien généraliste (oui entre temps j’ai changé de médecin), il avait réagi en rigolant et en se moquant de moi. Affirmant que mon corps avait des réactions bizarre, que la médecine ne connaissait pas… Bref.

Vous l’aurez compris, cette lecture a vraiment été bénéfique pour moi. Je ne dirais pas que d’un seul coup, je dors comme un bébé, mais je comprends mieux pourquoi il m’arrive certaines choses. Je ne m’inquiète plus, j’ai compris que tous les « symptômes » que je pouvais connaître étaient bénins et que je ne souffrais de rien d’anormal ou inquiétant.

J’ai même pu découvrir bon nombre de conseils et de petits éléments à mettre en pratique au quotidien pour mieux dormir et combattre mes insomnies sans passer par un somnifère (chose que j’ai toujours refusé d’ingérer).

Je vous conseille donc cet ouvrage, si la question du sommeil vous intéresse, ou si vous même vous rencontrez quelques soucis avec cette phase de votre journée.

Dormir sans médicaments… ou presque du Dr Patrick Lemoine
Ed. Robert Laffont
Déjà en disponible
334 pages / 20€

 

Moi et les autres petites personnes…

Voici un ouvrage iconoclaste.

Il avait déjà attiré mon attention lors d’un passage en librairie et j’ai eu la chance de le recevoir par la dernière Babelio Masse Critique.

Perrine Rouillon donne naissance, avec sa plume, à la Petite Personne. Au premier coup d’oeil, difficile de distinguer un réel personnage tant le tout fait songer à un gribouillis que nous aurions pu faire pour éviter l’ennui en réunion ou durant un coup de téléphone interminable.

Elle prend vie au fil des pages, souvent épurées. Elle se met à avoir des pensées, des

SAMSUNG CSC

réflexions plus ou moins existentielles et philosophiques. Elle fait quelques rencontres. Elle interpelle son auteur. Elle questionne. Elle médite.

Le tout donne un objet littéraire non identifié. Pas un roman, pas une BD, pas un roman graphique, bref on cesse rapidement de vouloir lui coller une étiquette pour profiter de sa poésie et de sa finesse. Chaque page fait penser à des haïkus en dépit de la présence des illustrations.

On est rapidement captivé par cette Petite Personne et on espère la retrouver prochainement, perdue dans d’autres pages.

Moi et les autres petites personnes on voudrait savoir pourquoi on n’est pas dans le livre… de Perrine Rouillon
Ed. Thierry Marchaisse
Déjà en librairies
19€

L’esprit léger selon Carinne Teyssandier

Comment allier plaisir et « régime » ? C’est le drame de bon nombre de personnes cherchant à perdre du poids.

Carinne Teyssandier propose sa méthode. Celle qui lui a permis de se faire plaisir au quotidien sans voir les kilos s’accumuler sur ses courbes. Le principe de base repose sur une connexion entre esprit et corps.

Et oui, quand vous aurez enfin compris que le mental c’est 80% du chemin de fait, vous verrez que les choses iront beaucoup mieux.

Dans ce nouvel opus, elle regroupe 60 recettes saines et à partager sans jamais avoir la sensation d’être au régime ou de se priver.

Entrées, plats et desserts. Du plus classique (houmous, soupe de poissons, pommes au four…) au plus original (mes petites grenouilles, parmentier de quinoa et courge musquée, cervelle des canuts… ), l’animatrice TV nous propose de découvrir des saveurs du monde entier. Les recettes sont claires et accompagnées de la liste des ingrédients. Quant aux illustrations, elles ne manqueront pas de vous faire saliver à foison.

Il ne vous reste plus qu’à passer en cuisine pour essayer le tout et d’inviter vos proches pour partager votre nouveau savoir-faire.

En plus, l’ouvrage s’ouvre sur une réflexion permettant de mieux comprendre comment corps et esprit sont liés, comment nos émotions influent sur notre manière de manger…

Un petit guide pour nous aider à avoir un esprit léger dans un corps tout aussi léger !

L’esprit léger – Mes recettes du bonheur ! Tome 2  de Carinne Teyssandier
Editions La Martinière
Déjà en librairies
160 pages / 16.90€

La vie, la mort, la vie…

Erik Orsenna est l’un de mes auteurs préférés. Je suis fan de sa série sur la langue française. Il m’a redonné goût aux mots et à la lecture à un moment, où je commençais à m’en lasser. Grosse erreur !

Par hasard, j’ai su qu’il avait consacré un ouvrage sur Louis Pasteur. Vous savez le célèbre scientifique qui a trouvé le vaccin contre la rage, entre autre chose.

On y découvre la vie de cet homme qui est étrangement marqué par la mort et qui se bat durant toutes ses années pour sauver des vies. Un ouvrage complet qui ne se contente pas de conter, mais qui offre aussi la possibilité de partager un peu de la vie de ce grand homme, en découvrant des textes, des correspondances signés par Pasteur lui-même.

Le romancier français, qui occupe le même siège que Pasteur à l’Académie Française, a décidé de sortir de sa zone de confort pour en apprendre plus sur l’homme l’ayant « précédé ».

On y découvre un homme investi intégralement dans ses recherches. Un homme qui ne se remettra jamais de la mort de ses 3 enfants. Mais aussi, en arrière plan, le portrait d’une femme, la sienne, Marie. Une femme entièrement dévouée à son époux et qui sera son plus important pilier.

Une oeuvre à mettre entre toutes les mains des curieux ou des amateurs de biographie.

La vie, la mort, la vie de Erik Orsenna
Ed. Livre de Poche
Déjà disponible
206 pages / 7,1€