Tatoue Moi

Les 4 et 5 mars derniers, Paris accueillait le Salon du Tatouage. A cette occasion, M6 a consacré un numéro de Zone Interdite sur le sujet.

J’y ai jeté un oeil par curiosité (mais aussi intérêt). Sans aller aussi loin qu’une des jeunes femmes tatouées, que les journalistes ont rencontrée, une de ses phrases s’est mise à résonner.

Celle de penser au prochain tatouage, alors qu’on est sur la table, en train de « souffrir » sous l’aiguille du tatoueur. Les guillemets à souffrir ne sont pas innocents. Certains vous diront qu’ils ont vécu un calvaire, d’autre vous diront qu’ils n’ont rien senti en dehors de quelques picotements. En réalité, cela dépend du tatoueur, de la localisation du tatouage sur votre corps et de la technique employé.

Je pense régulièrement aux futurs tatouages que j’ai envie d’avoir. Avec parfois, deux ou trois coups d’avance même…

Aujourd’hui, je possède 5 tatouages sur le haut du corps. Ils sont assez discrets, vu que certaines personnes de mon entourage mettent du temps à percuter que je suis tatouée à tel ou tel endroit. Ils sont tous noirs et de petites tailles.28

L’envie de me faire tatouer m’a rapidement gagné. Je criais haut et fort que ce serait la première chose que je ferai à 18ans. Le Graal de la majorité atteinte ! Plus patiente et réfléchie, j’ai attendu d’avoir une vingtaine d’années pour passer à l’acte.

Le temps de la réflexion est primordiale dans le fait de se faire tatouer. Ce n’est ni un jeu, ni quelque chose à prendre à la légère, en se disant qu’on pourra toujours passer sous un coup de laser pour effacer tout ça. Pour moi, c’est quelque chose avec laquelle je vivrais jusqu’au bout. Mes tatouages font partie de moi et offrent une lecture supplémentaire de ce que je suis. D’où l’importance que représente le choix du motif et du lieu où il prendra vie.

Tout comme l’importance de trouver un tatoueur en qui vous avez confiance et qui n’hésitera à vous remettre à votre place quand vous aurez des idées saugrenues ou qui saura faire la différence entre une décision mûrement réfléchie et un coup de tête que vous allez regretter dans l’avenir. Mon tatoueur est une tatoueuse (chose encore rare dans ce milieu) et elle est parfaite. Elle a son franc parler et maîtrise son sujet. Elle a appris à me connaître et cela se ressent lors de nos séances.

Actuellement, je médite à mes 6ème et 7ème tatouage (même si dans ma tête les projets du 8ème, 9ème, voir 10ème sont aussi en train de germer). Reste à les financer et à choisir le bon moment pour les faire. Car oui, un tatouage ne se fait pas n’importe quand. Il faut compter 1 mois minimum de cicatrisation (et là je parle pour un petit tatouage), pas de piscine, pas de soleil direct… Si vous hibernez en hiver, c’est généralement la meilleure période pour passer à l’action.

Si votre motivation principale est que ce motif est à la mode, que le faire à cet endroit sera joli, que telle star à le même… Bref, passez votre chemin ou économisez déjà pour vos séances de lasers dans quelques années… Et pensez que si vous faire tatouer a été douloureux, le laser c’est encore pire (et plus long, car plusieurs séances sont nécessaires…).

Mes tatouages ne sont ni extraordinaires, ni atypiques. Ils ont leur signification propre par rapport à qui je suis. Ils sont tout simplement moi…

Imagin’ Tattoohttp://www.tattoo-imagin.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s