L'autre femme…

Etre l’autre femme n’est pas une chose que l’on prémédite contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer.

On ne se réveille pas à un matin en se disant que courir après un homme pris est le but de notre vie et le chemin vers une histoire d’amour épanouissante et simple.

On se contente de se prendre une grande claque quand, malgré nous, on est obligé d’admettre la réalité. Ce coup du sort qui a fait fondre votre cœur pour l’homme indisponible.

Certes une lumière d’espoir vous accompagne si la réciprocité se fait. Si malgré vos vies bien différentes, il veut faire en sorte qu’une part d’entre elles s’entremêlent de temps à autre.

Être l’autre femme, c’est accepter de rester cet intrus, ce défaut qui vient encrasser la mécanique d’une vie bien huilée. D’être un parasite qui tente de se faire une place alors que tout se ligue pour le rejeter le plus loin possible.

Alors on se terre dans un coin et on tente de résister, de patienter, de rester en place.

On ne regrette rien. Ce choix on l’a fait en toute conscience, même si de nombreuses inconnues faisaient encore partie de l’équation.

On profite de chaque moments, de chaque secondes, de chaque mots, chaque gestes, chaque sensation. On s’en nourrit. On les savoure.

On ne demande rien. Jamais. On laisse le temps faire.

Être l’autre femme, c’est avoir les bons côtés. C’est garder une part de mystère. C’est conserver son indépendance.

Être l’autre femme, c’est aimer avec pour seule condition de le rendre heureux, de ne pas lui compliquer la vie plus que la situation l’implique déjà. C’est lui donner ce que l’autre lui refuse. C’est avoir les bras ouverts et le sourire aux lèvres à tout moment.

Être l’autre femme, c’est apprendre à vivre dans l’instant. Ne pas se projeter. Ne pas attendre quelque chose qui n’arrivera jamais.

C’est laisser libre cours à ses désirs. Devenir un objet de fantasme, de plaisir, alors qu’il y a encore quelques mois on se cachait sous une carapace épaisse pour être le plus invisible possible.

C’est ne pas se prendre la tête. Ne pas tout analyser. Mais accepter, même quand la réponse n’est pas celle qu’au fond de nous on espérait. C’est comprendre. C’est être altruiste. Désintéressée.

Faire passer les besoins de l’autre avant les siens, mais sans jamais se sacrifier pour autant. C’est marcher sur un fil tel un funambule en prenant le risque de perdre l’équilibre et de ne pas avoir de filet en-dessous.

Être l’autre femme, c’est l’aimer tel qu’il est et avec tout ce que cela représente sans lui demander de changer.

Être l’autre femme, c’est un choix. Pas toujours simple à assumer. Pas toujours facile à gérer. Sans avoir aucun regret. Et…

… C’est mon choix.

d57da2fff4aceb3977f442cc8bc7964a

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s