Petite ermite…

J’ai toujours eu cette fâcheuse tendance à garder les choses en moi. Ce n’est pas lié à des difficultés de communiquer, mais plutôt à une habitude de toujours devoir trouver des solutions seule.

Depuis que je suis ado, j’ai appris à gérer mes soucis dans mon coin. A faire avec et à aller de l’avant coûte que coûte. Ce n’est pas non plus une volonté de m’apitoyer sur mon sort ou d’attirer l’attention sur moi. C’est tout simplement ma manière de fonctionner.

Quand je commence à avoir un gros coup de mou, que les choses vont moins bien que je ne le souhaiterais, je fonctionne toujours de la même manière.

  1. Je m’acharne à voir le côté positif des choses et je refuse de me laisser abattre. Il y a des moments, où cela suffit à arranger la situation. L’orage passe rapidement et je poursuis ma route comme si de rien n’était.
  2. Parfois, la « positive attitude » ne suffit pas. Alors, j’affronte la tempête sans moufter. Baissant la tête pour mieux avancer contre le vent. Espérant ne pas trop y laisser de plumes au passage. Je ne laisse rien transparaître. Je continue de sourire. Là aussi, cette seconde phase peut parfois suffire pour que le soleil fasse son retour.
  3. Sinon, je somatise encore et toujours, jusqu’à ce que le physique commence à lâcher tout doucement (perte d’appétit, tension trop faible ou trop élevée, Fatigue chronique, trouble digestif, ulcère…) et là je sais qu’il va me falloir plus de temps avant de trouver la porte de sortie.

J’ai alors besoin de me retrouver. De me focaliser sur moi. De prendre du recul pour mieux saisir comment j’ai pu en arriver là.

C’est là que le fait d’avoir rapidement été livré à moi-même joue un rôle important. Alors que d’autres se tournent vers leur proches, leurs amis, leur compagnon, je fonctionne à l’opposée.

Je me renferme sur moi. Je gère la situation seule. Je passe en mode ermite. Je ne me vois pas me confier ou prendre la tête aux gens que j’aime avec des histoires qui, finalement, n’ont pas vraiment d’importance. Ils ont bien assez à gérer de leur côté. Inutile de leur rajouter des poids supplémentaires.

Je m’éloigne pour un temps, mais il est déjà arrivée que le fait de me recroqueviller dans ma propre carapace pose problème à mon entourage. Certains le vivent mal. Du coup, j’ai au moins appris à communiquer en leur expliquant mon mode de fonctionnement. Histoire qu’il ne pense pas que j’ai un problème avec eux.

3203845449_1_4_s6umvbup

Cependant, même dans ce cas, mon attitude me joue des tours. On me reproche encore et toujours de m’isoler, de ne pas partager, de me renfermer, de gérer seule. Difficile de faire autrement, quand je n’ai pas vraiment eu d’autres choix jusqu’à présent. Me réfugier dans ma bulle est mon moyen d’autoprotection.

Une lassitude / une fatigue me gagne… Elle est liée au fait d’être d’habitude considérée comme la « G.O. » de mon entourage. Toujours à proposer des sorties, des idées pour se retrouver, pour passer du temps ensemble. Je conçois que les personnes ne soient pas toujours motivées ou n’aient pas le temps… Cependant, il arrive un moment, où être toujours à l’initiative des événements m’épuise aussi. J’ai plus l’impression de courir après les gens qu’autre chose. De les « supplier » de passer du temps avec moi alors que clairement il préfère l’occuper autrement. Donc, je lève le pied, et me dit que si les relations que je partage sont sincères, on trouvera naturellement un moyen de se voir, de garder le contact. Si non… Et bien c’est qu’il est temps de passer à autre chose. De tourner la page et de débuter un autre chapitre.

Si je suis assez lucide à ce sujet et que je ne me formalise plus autant, cela ne m’empêche pas d’avoir parfois un pincement au cœur et de connaître plus de difficultés à mettre un point final à certaines histoires…

Quelque chose me dit que je suis en ce moment à un tournant… Mais les choses ne sont pas claires. Est-ce la fin d’un chapitre ou juste un paragraphe qui se termine ? Faire preuve de patience, prendre du recul, accepter que certaines choses ne dépendent pas de moi… Alors pour cela, je reste dans ma bulle, pour prendre assez de force pour faire face à la prochaine étape… Je me précipite sur la première marche de l’échelle que je trouve, je l’attrape et je grimpe à nouveau. Plus déterminée que jamais…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s