Une photo, quelques mots… Une note de liberté

©Romaric Cazaux

©Romaric Cazaux

Comme chaque jour, à la même heure, Alana attendait patiemment le bus qui le ramènerait dans sa petite chambre en bordure de ville. Toujours entourée des mêmes visages qui avait, malgré la fin de journée, du mal à afficher un sourire ou à regarder autre chose que le bitume sur lequel ils se tenaient debout… La ville était en pleine ébullition, 18h venait de retentir dans le clocher de la vieille église et les travailleurs sortaient de leurs bureaux pour retrouver le reste de leurs familles ou leurs amis.

Le « couvre-feu » dans sa résidence était prévu pour 20h. De cette manière, les étudiants étaient obligés de passer leur soirée de manière studieuse ou à converser avec leurs voisins de chambrée. Les parents d’Alana avaient choisi ce lieu tout spécialement pour son règlement stricte. De cette manière, ils n’auraient pas à s’inquiéter pour leur petite fille qui avait décidé de traverser un Océan pour poursuivre ses études.

Jour après jour, elle découvrait les mystères de cette nouvelle ville et avait l’impression qu’une vie ne lui suffirait pas pour voir tout ce qu’elle pouvait lui réserver. Alana faisait donc la queue comme tant d’autres pour monter dans son bus. Alors que la foule devant elle commençait à se dissiper, des notes de musique s’échappèrent vers les nuages. Devant elle, un jeune homme jouait du piano au milieu du trottoir. Elle était fascinée par la mélodie qui prenait vie tout autant que par celui qui l’a jouait. Elle s’approcha de lui et reconnu un passage du Carnaval des animaux de Saint-Saëns.

Le pianiste senti sa présence et se tourna vers elle. Au moment, où leurs regards se croisèrent, elle se sentit redevenir une petite fille. Elle se mit à rougir, comme les jours où son père l’a surprenait alors qu’à tout juste 5ans, elle s’échappait du jardin d’enfants pour observer par la fenêtre sa mère donner des cours de piano aux enfants du village. Ses yeux ne se détachèrent pas une seule seconde des mains du jeune homme, elle avait l’impression qu’il ne faisait qu’effleurer les blanches et les noires. Elle en oublia la nuit qui tombait, le froid qui envahissait l’atmosphère, son bus qui passait et l’heure. C’était plus fort qu’elle. Elle devait l’écouter, elle devait rester là. Elle le devait pour la petite fille qu’elle avait été et qui rêvait un jour de vivre de la musique.

Pour Alana, le temps n’existait plus. Il ne reprit son cours qu’au moment où les dernières notes de piano retentirent. La petite fille redevint une jeune étudiante qui, pour la première fois, réussie à adresser la parole à un inconnu. Elle voulait tout savoir sur ce musicien et plus que tout, elle ne voulait plus le quitter. Alors qu’elle l’aidait à pousser son piano, la petite fille de 5ans qu’elle était la regarda s’éloigner avec un grand sourire. Pour la première fois, elle savait que ses parents ne seraient pas là pour l’obliger à retourner au jardin d’enfants…

 

Publicités

8 réflexions sur “Une photo, quelques mots… Une note de liberté

  1. Heide dit :

    Une belle histoire ! Il reste toujours au fond de nous une part de l’enfant que nous avons été… Merci de partager le plaisir d’écrire !

  2. Leiloona dit :

    Oh une interprétation intéressante et originale du coup de la petite fille sur la photo ! J’aime beaucoup le message et la sensibilité qui s’échappent de ton texte.

    • emidreamsup dit :

      Merci beaucoup. Cette photo m’a pas mal inspiré, j’avais deux-trois autres idées de directions à prendre, mais pour l’une il m’aurait fallu un roman entier pour l’exploiter correctement. Hâte de voir la prochaine photo.

  3. Amélie dit :

    J’ai été très surprise par l’incursion de la petite fille dans l’histoire ! C’est très bien vu, très bien amené et j’aime beaucoup l’atmosphère qui se dégage du texte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s