Sweeney Todd au théâtre du Châtelet

C’est officiel, le Théâtre du Châtelet à définitivement la meilleure programmation de Paris. Et tout spécialement quand cela touche aux comédies musicales. Après Showboat et My Fair Lady, j’ai pu assister (merci les ventes flash de la Fnac) le 22 avril à la Première de Sweeney Todd !

Pour ceux qui n’auraient jamais entendu parler de cette oeuvre et aurait manqué au cinéma l’adaptation de Tim Burton avec Johnny Depp et Helena Bonham-Carter dans les principaux rôles, voici un petit pitch pour vous mettre à jour. Sweeney Todd est l’histoire d’un barbier londonien qui après avoir été banni du pays revient sous une nouvelle identité dans l’espoir de retrouver sa femme et son enfant, qu’il n’a jamais vu. Rapidement, il apprend la mort de la première et que sa fille est devenu la pupille de son ennemi le juge. Il décide alors de se venger à tout prix.

Si le film de Burton en a laissé plus d’un dubitatif… Il faut dire qu’entre Johnny Depp qui en fait des tonnes (voir un peu trop) et un casting qui ne sait pas vraiment chanter, le film partait avec quelques handicaps. Cependant, cette histoire sombre m’a séduite. Alors quand le théâtre du Châtelet a annoncé l’arrivée de la comédie musicale signée Stephen Sondheim sur ses planches. Je n’ai pas hésité longtemps à prendre ma place. Le résultat des courses est que je ne regrette aucunement la dépense ! Découvrir Sweeney Todd sur scène n’a fait que renouveler mon amour pour cette oeuvre. La mise en scène de Lee Blakeley sobre est tout simplement parfaite, mais il faut reconnaître que tout repose sur la voix et le talent de Rod Gilfry qui incarne le démoniaque barbier de Fleet Street.
Loin de l’exubérance d’un Johnny Depp, il offre une prestation tout en retenue d’un homme torturé et borderline. Sa voix transpose à merveille les multiples émotions de son personnage et nous touche au plus profond de notre être quand il s’enfonce dans les graves pour communiquer sa peine et sa douleur.
Pour lui donner la réplique, j’avais du mal à imaginer plus frappadingue que Helena Bonham-Carter pour incarner Mrs Lovett. Pourtant, Caroline O’Connor n’a rien a envié à l’actrice. Elle offre une prestation tout aussi parfaite que celle de son partenaire. Nous faisant rire sur « A Little Priest » ou nous transporte avec « By the Sea« . Le duo fonctionne à la perfection et on s’attache à ses personnages à une vitesse hallucinante. Au point que le final arrive beaucoup trop vite à notre goût.
Le reste du casting n’a pas à rougir non plus de sa prestation. Tout dans ce Sweeney Todd a un goût de « reviens-y ». Cette comédie musicale gothique nous possède complètement même une fois le rideau tombé.

J’avoue que d’assister à la Première était d’autant plus agréable. On pouvait sentir la nervosité des acteurs et leur volonté de donner le meilleur d’eux-mêmes. Mission réussi au vu du public debout pour les applaudir et des « bravo » fusant dans la salle au moment des saluts. La troupe n’a d’ailleurs pas hésité à hurler sa joie. En prime, Stephen Sondheim lui-même était dans la salle et sur scène pour soutenir cette grande Première.

Si vous voulez donc (re)découvrir ce thriller musical, c’est jusqu’au 21 mai au Théâtre du Châtelet. Et pour ceux qui ne pourraient pas se l’offrir, sachez que France Musique diffusera l’intégralité du spectacle le 11 mai avec en prime une interview exclusive de Sondheim.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s